Sa Majesté le Roi,
savez-vous qui sont Carmen Garcia Ortega,
Jocelyne Ingabire, Aude Ledoux,
Miriam Van Poel et Nathalie Lahaye ?

nov    

cinglée

CÉLINE DELBECQ / LA BÊTE NOIRE

Depuis que Marta Mendes est tombée sur un article relatant le « premier » meurtre d’une femme de l’année 2017 en Belgique, elle passe ses journées à dépouiller les journaux en quête fébrile de ceux qui suivront.

Devant la liste qui s’allonge irrémédiablement et dont elle tient le registre jour après jour, devant les boîtes d’archives qui s’empilent, Marta ne voit d’autre choix que d’écrire au Roi Philippe de Belgique qui, elle en est sûre, saura mettre un terme à cette situation qui la rend malade. « Quand on lit un article, c’est un fait divers. Mais quand on regarde les caisses, c’est un génocide. » Cette pièce trace le parcours de combattant d’une résistante gagnée par la folie d’un monde qui refuse de voir, de reconnaître et d’agir. Son combat, et vraisemblablement celui de Céline Delbecq à ses côtés, est aussi celui du vocabulaire, des mots utilisés par les médias pour parler de ces féminicides dont on ne dit pas le nom.
Comment comprendre le silence qui entoure les faits glaçants dont nous sommes les témoins ? Qu’est-ce qui nous définit en tant que sujets humains devant le crime ? Notre capacité à nous “mettre à la place de l’autre” peut-elle être le levier de toute humaine révolte ?

Ce texte s’inspire de la réalité aussi triste que révoltante de faits divers relayés par la presse.
Les victimes citées sont réelles mais, pour le reste, cette œuvre est le fruit de l’imagination de son autrice.
Si quiconque devait s’estimer concerné ou préjudicié, prière de contacter le Rideau de Bruxelles :
contact@rideaudebruxelles.be

RENCONTRE APRÈS SPECTACLE
Chaque représentation (excepté celles du 10 et du 17.10) est suivie d’une rencontre de 20′ avec une représentante de Vie Féminine ou de Amnesty International Belgique. Merci à Céline Caudron, Dominique Deshayes, Maryse Hendrix et Dominique Mussche pour leur implication et leur participation.

DÉBAT DU BOUT DU BAR
JE 17.10 – après le spectacle – entrée libre
Avec l’équipe de création.

CONFÉRENCE
SA 19.10 – 18h > 19h30 – entrée libre – réservation conseillée (02 737 16 01)
Valérie Rey-Robert, autour de son ouvrage Une culture du viol à la française, paru aux Éditions Libertalia.

AVEC LES PUBLICS JEUNES
Les jeunes ne sont pas épargnés par les violences conjugales, victimes ou témoins. Être informé, se poser des questions et en parler est un travail nécessaire dès l’adolescence.

Animation préparatoire ” projet artistique et de médiation : Phare” gratuit
 « Phare » est un texte de Céline Delbecq incarné par la comédienne Louise Manteau. « Phare » immerge les élèves dans le témoignage d’une femme qui a le courage de quitter l’homme avec qui elle vit depuis 14 ans – et qui la cogne depuis le même nombre d’années… Cette expérience de théâtre en classe est le point de départ de l’animation préparatoire aux thématiques (féminicide, violences, folie, média) et à la forme du spectacle Cinglée. Pour garantir l’effet du projet sur les élèves, merci de présenter Louise Manteau comme un témoin et non une comédienne.
2 x 50 min, en classe.

Retour « à chaud » ou en classe gratuit
Afin d’accompagner les questions et réflexions suscités par le spectacle, une discussion basée sur les principes d’un débat philosophique avec l’équipe artistique et/ou de médiation de 30 min est proposée après la représentation ou pendant 2 x 50 min en classe.

Vie féminine asbl s’associe au travail de médiation autour de Cinglée.

Plus d’information en contactant Laure Nyssen educatif@rideaudebruxelles.be 02/7371602 et dans la brochure Médiation des publics jeunes.

En optant pour une narration à la troisième personne, Céline Delbecq forge une distance salvatrice dans le récit que porte avec une humble noblesse Anne Sylvain. Distance qui parfois s’amenuise, laisse filtrer l’émotion vive, puis reprend ses droits. De quoi aussi offrir un terrain possible à l’humour, plus tendre que noir. 
La Libre***

Anne Sylvain tisse un jeu parfaitement torturé, tiraillée entre une résistance farouche et un désespoir qui la ronge à petits feux. Autour d’elle, tels des fantômes, d’autres personnages hantent le plateau : son fils, le docteur, le Roi, et puis ces femmes qui succombent dans l’indifférence générale.
Le Soir ***

Révoltée par l’inertie ambiante et la médiocrité de certaines réactions, Céline Delbecq a voulu nous sensibiliser à cette ignominie. Objectif parfaitement atteint, grâce à l’impact d’un texte intelligent et à la maîtrise de son interprète.
Demandez le programme****

 

Marta verzamelt persartikels over machomoorden. Ze spelt ze op de muur en leert de slachtofferlijst vanbuiten. Meegesleept door een gekke zoektocht naar erkenning begint ze brieven te schrijven… aan koning Filip.